L'isoloir

Municipales 2014: journal de campagne à Paris

Solidarité entre territoires : Paris ne veut plus payer

La candiate PS Anne Hidalgo le 27/01/14

Anne Hidalgo, lors de la présentation du financement de son programme pour Paris

« Basta ! ». Paris n’acceptera pas de nouvelle augmentation de sa contribution aux fonds de péréquation, ce système de solidarité par lequel les départements les plus riches reversent de l’argent aux plus pauvres, a prévenu lundi Anne Hidalgo. La candidate PS à la mairie de Paris présentait le chiffrage de son projet pour 2014-2020, avec 8,5 milliards d’euros d’investissement prévus, dont 2,5 milliards pour le logement, 1,85 milliard pour « la ville à vivre » (équipements de proximité, crèches, sport, seniors…) et 1,5 milliard pour les transports.

Le programme de la candidate doit se traduire selon elle par une augmentation des frais de fonctionnement de la Ville de Paris de 37 millions d’euros par an (222 millions sur la mandature). De nouvelles dépenses qu’elle promet de financer sans augmenter les impôts et par des « économies ». Une fois n’est pas coutume, Anne Hidalgo a ainsi repris une proposition de son adversaire UMP Nathalie Kosciusko-Morizet en proposant de faire passer le nombre d’adjoints au maire de 36 actuellement à « une vingtaine ». Elle veut aussi procéder à des économies d’énergie, rationaliser les achats, vendre pour 200 millions d’euros de biens appartenant à la ville mais aussi développer la publicité sur les façades des bâtiments municipaux en travaux.

C’est dans ce cadre que la candidate a aussi affiché sa fermeté vis-à-vis d’un Etat qui réduit peu à peu ses dotations aux collectivités locales -austérité oblige- tout en mettant de plus en plus la capitale à contribution pour soutenir les départements les plus pauvres.

Les députés ont ainsi encore voté en novembre la création pour 2014 d’un prélèvement sur une taxe perçue par les départements sur les transactions immobilières, afin d’aider les départements les plus pauvres. Une mesure aussitôt dénoncée par les élus de Paris. Car la capitale est déjà -et de loin- la plus grosse contributrice aux systèmes de solidarité entre territoires.

« Nous sommes à un demi-milliard d’euros. Je dis stop! »

En 2013, l’Ile-de-France avait versé aux différents mécanismes de péréquation plus de 332 millions d’euros. Paris, ville riche qui peut tabler sur un milliard d’euros de recettes par an sur les droits de mutation (plus connus sous le nom de « frais de notaire »), verse à elle seule plus de 301 millions d’euros. Entre la chute des dotations de l’Etat et sa participation aux mécanismes de solidarité, ce sont quelque 500 millions d’euros qui devraient disparaître du budget parisien en 2014. Une facture que la candidate PS juge un peu trop salée. D’autant plus qu’elle s’est engagée à maintenir l’évolution du budget au niveau de l’inflation jusqu’en 2020.

Dès lors, « je souhaite un arrêt de l’évolution de la péréquation », a-t-elle lancé lundi lors de sa conférence de presse. « Dans la discussion que j’aurai avec l’Etat, je veux mettre un arrêt pur et simple aux péréquations », a-t-elle insisté. « Nous sommes à un demi-milliard d’euros. Je dis stop ! (…) Je serai une partenaire exigeante », a-t-elle prévenu.

Christine Ollivier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 27/01/2014 par dans Hidalgo, PS, Uncategorized, et est taguée , , , , , , , , , , .

@coll7533 sur Twitter

https://www.twitter.com/coll7533

L’isoloir: la campagne des élections municipales 2014 à Paris

%d blogueurs aiment cette page :