L'isoloir

Municipales 2014: journal de campagne à Paris

La résistance de Xavière, la colère du Parti de gauche, le MoDem « pas moderne »: Brèves de campagne

Cadenas d'amour, Paris, FranceLa résistance de Xavière

Pas question de céder la tête de liste UMP dans le 5e arrondissement. Le maire sortant Jean Tiberi est resté jusqu’au bout inflexible : le candidat, ce doit être lui ou son fils Dominique. La place de numéro deux, « la famille ne veut pas en entendre parler », soupire un élu UMP parisien. Et la plus dure, c’est Xavière, confie-t-il. Nathalie Kosciusko-Morizet ayant finalement choisi Florence Berthout comme chef de file, reste désormais à savoir si Xavière va entrer en résistance.

Vers une alliance PS-PC

Chez les socialistes, on se frotte déjà les mains : l’alliance avec le PCF dès le premier tour est bien partie. La direction du PCF parisien s’est prononcée en sa faveur, mais ce sont les militants qui décideront lors d’un vote les 17, 18 et 19 octobre. Pour les convaincre, le PS s’est montré persuasif, avec 13 sièges de conseillers de Paris promis contre 8 actuellement. Des postes d’adjoints au maire pourraient aussi être dans la balance. Une bonne nouvelle pour Ian Brossat, patron du groupe PCF à la mairie de Paris, qui entretient des relations cordiales avec Anne Hidalgo. Mais le Parti de gauche et sa cheffe de file dans la capitale Danielle Simmonet n’apprécient pas. « A Paris, le PCF ne doit pas quitter le Front de gauche », a mis en garde Jean-Luc Mélenchon sur twitter. « Paris n’est pas la « capitale de l’austérité », ou alors il faudra que Danielle Simmonet nous explique pourquoi elle a voté tous les budgets jusqu’à présent », a répliqué Pascal Cherki, porte-parole d’Anne Hidalgo.

Le MoDem ? « Pas moderne »

Anne Hidalgo a tourné définitivement la page d’une éventuelle alliance avec le MoDem de Marielle de Sarnez, qui a de toute façon choisi « la droite » selon elle. « Le MoDem aurait négocié le soutien de l’UMP à Bayrou à Pau contre le soutien à Paris… Tout ça n’est pas très moderne », lâche-t-elle.

Tu twittes ?

Un tweet ne fait pas l’élection mais le nombre de followers des candidats aux municipales à Paris donne une idée du déséqulibre actuel entre les deux poids lourds de la campagne, Anne Hidalgo (PS) et Nathalie Kosciusko-Morizet (UMP) et les « petits candidats » qui peinent à exister. Quand l’ancienne ministre UMP écrase tout le monde avec 250.869 abonnés, la première adjointe de Bertrand Delanoë en compte 97.426. Derrière, le FN Wallerand de Saint-Just en rassemble péniblement 2.819, Danielle Simmonet (Parti de gauche) 2.286, Marielle de Sarnez (MoDem) 1.739 et Christian Saint-Etienne (UDI) 1.565. Bon dernier, le candidat EELV Christophe Najdovski est suivi par 1.288 fans. C’est pas gagné.

Christine Ollivier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 11/10/2013 par dans #Paris2014 - Scrutin, SCRUTIN, Uncategorized, et est taguée , , , , .

@coll7533 sur Twitter

https://www.twitter.com/coll7533

L’isoloir: la campagne des élections municipales 2014 à Paris

%d blogueurs aiment cette page :