L'isoloir

Municipales 2014: journal de campagne à Paris

#Paris2014 : Les Roms s’invitent dans la campagne municipale

Dominique Versini et Anne Hidalgo

Dominique Versini (à gauche) et Anne Hidalgo lors d’une conférence de presse à Paris

La question des Roms s’invite dans la campagne municipale à Paris. Mais avec des visions bien différentes à droite et à gauche. Alors que la candidate PS Anne Hidalgo veut venir en aide aux enfants qui dorment aujourd’hui dans la rue en réclamant le droit de les retirer à leurs parents pour les confier à l’aide sociale à l’enfance, Nathalie Kosciusko-Morizet entend quant à elle rétablir l’arrêté anti-mendicité agressive, doubler le nombre de caméras de surveillance à Paris et réclame l’évacuation immédiate des campements illégaux.

A l’heure actuelle, une cinquantaine de familles Roms, avec parfois de très jeunes enfants, dorment dans les rues de Paris, installées dans des campements de fortune, dormant à même le sol ou dans des cabines téléphoniques près de la place de la Bastille ou avenue Richard-Lenoir notamment. « On ne peut pas admettre que des bébés dorment dans la rue (…) On passe tous devant. C’est insupportable », s’est indignée mardi Dominique Versini, l’ex-défenseure des enfants, qui présentait aux côtés d’Anne Hidalgo un plan de lutte contre la précarité des enfants à Paris. Le soutien de l’ex-secrétaire d’Etat de Jean-Pierre Raffarin à la candidate PS à la mairie de Paris a d’ailleurs dû faire grincer pas mal de dents à l’UMP. Ex-conseillère régionale RPR, Mme Versini a en effet été candidate UMP dans la capitale aux législatives de 2002, avant de rejoindre François Bayrou en 2012.

« C’est inacceptable »

Anne Hidalgo et Dominique Versini, qui se tutoient, ont appelé mardi la justice à intervenir quand des enfants Roms dorment dehors. A l’heure actuelle, l’aide sociale à l’enfance ne peut pas les prendre en charge, la justice refusant de placer ces enfants tant qu’ils sont avec leurs parents et qu’ils ne sont pas maltraités.

Mais pour Anne Hidalgo, « c’est inacceptable ». « L’aide sociale à l’enfance ne peut pas se trouver lâchée en rase campagne quand un bébé est à la rue et qu’on vous explique qu’il n’est pas en danger parce qu’il n’est pas maltraité par ses parents », a-t-elle plaidé lors d’une conférence de presse à son QG de campagne. A l’heure actuelle, « juridiquement, personne n’a la capacité d’obliger ces familles à aller vers des hébergements, alors qu’il y a des hébergements proposés », mais « on ne peut pas considérer qu’un enfant dormant dans la rue ce n’est pas une mise en danger ! ».

« Si les parents ne veulent absolument pas bouger, il faut se poser la question de comment on protège un enfant qui va passer un hiver dans la rue », a renchéri Dominique Versini.

« Grandes déclarations et effets de manche »

Accusés d’alimenter la petite délinquance, les Roms, dont la présence exaspère les riverains dans certains quartiers, sont un sujet sensible dans la campagne municipale, alors que le Front national est crédité par un récent sondage de 8% d’intentions de vote à Paris. Du jamais vu dans la capitale. « J’entends ceux qui veulent prendre ce sujet comme un sujet porte-étendard. Il suffirait de dire : « on est exaspéré » pour que les choses aillent mieux », a mis en garde Anne Hidalgo. « Mais il ne suffit pas de faire des grandes déclarations et des effets de manche. Moi ma méthode c’est de travailler en profondeur », a souligné la candidate PS, qui plaide par ailleurs pour une lutte renforcée contre les réseaux criminels qui exploitent le travail de ces enfants.

« Pression insupportable »

Le message s’adressait à Nathalie Kosciusko-Morizet, qui a durci le ton ces derniers jours sur le terrain sécuritaire. Invité du « talk » du Figaro mardi, la candidate UMP estime que la sécurité est aujourd’hui « la première préoccupation des Parisiens ». Et de pointer des cambriolages en hausse de « 26% » entre août 2012 et août 2013, et des vols avec violences qui ont augmenté de « 9% » selon elle dans la même période.

Interrogée sur les Roms, NKM s’est prononcée pour un rétablissement de l’arrêté « anti-mendicité agressive » afin de « lutter contre cette espèce de pression qui est insupportable dans certains quartiers ». De même, « il faut réclamer systématiquement l’évacuation des campements illégaux quand il y a eu décision de justice », a-t-elle souhaité en citant le cas du campement situé près de la porte d’Aubervilliers. « Cela fait presque un an que la décision de justice est tombée. Elle n’est pas appliquée. Pourquoi elle est pas appliquée ? ».

La candidate UMP préconise par ailleurs la création de polices de quartiers, et le doublement du nombre de caméras de vidéosurveillance. « On a un problème de sécurité à Paris. On voudrait bien que la municipalité s’en rende enfin compte », a-t-elle asséné. Après les impôts, NKM fait visiblement le pari que la sécurité lui permettra de marquer des points. Après un premier déplacement sur ce thème lundi, elle en fera un deuxième jeudi matin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 17/09/2013 par dans Hidalgo, NKM, PS, UMP, Uncategorized, et est taguée , , , , , , , , , .

@coll7533 sur Twitter

https://www.twitter.com/coll7533

L’isoloir: la campagne des élections municipales 2014 à Paris

%d blogueurs aiment cette page :