L'isoloir

Municipales 2014: journal de campagne à Paris

Logement : NKM drague les classes moyennes

Benoist Apparu, le 10/09/2013

L’ancien ministre (UMP) délégué au Logement Benoist Apparu, lors de la conférence de presse de NKM sur le Logement

Se loger à Paris est devenu un cauchemar pour la classe moyenne. Avec un prix moyen de 8.340 euros/m2 en 2011 et des loyers de l’ordre de 21 euros/m2, nombre de ménages sont contraints de quitter la capitale. Et c’est à ce « jeune couple qui gagne 4.500 euros nets à deux », incapable de se loger dans le privé aujourd’hui, que Nathalie Kosciusko-Morizet veut s’adresser.

La candidate UMP à la mairie de Paris, hostile à l’encadrement des loyers, a donc présenté mardi, lors d’une conférence de presse à l’Assemblée nationale, une série d’amendements au projet de loi Duflot sur le logement. Sa priorité : recréer « une offre de logement à destination de ceux qui ont des salaires normaux, moyens » dans la capitale, un « logement intermédiaire » qui « n’est pas la priorité de la Ville » à ce jour, a accusé celle qui était en charge du Logement au gouvernement entre 2010 et 2012. « Aujourd’hui pour habiter Paris, il faut être soit très aisé, soit très aidé ».

« L’argent des Parisiens a été gaspillé dans la préemption »

A l’heure actuelle, le maire (PS) Bertrand Delanoë et sa première adjointe Anne Hidalgo cherchent surtout à « faire du chiffre » sur le logement social en préemptant des immeubles, a-t-elle affirmé. Mais « préempter des logements du parc privé pour en faire des logements sociaux, ce n’est pas créer du logement », a asséné la candidate UMP. « La préemption, ça coûte très cher et ça ne résout les problèmes de personne. Non, ça je ne le ferai pas », a-t-elle prévenu, jugeant même que « l’argent des Parisiens a été gaspillé dans la préemption ».

Selon l’ancien ministre délégué au Logement Benoist Apparu, sur les 6.000 nouveaux logements sociaux revendiqués chaque année par la ville, seuls 2.500 correspondent en réalité à des constructions de logements neufs, le reste étant constitué de logements rénovés ou préemptés, parfois à prix d’or. « Cela veut dire moins de logement pour les classes moyennes et une hausse du prix des logements pour tous », a accusé Nathalie Kosciusko-Morizet. Pour 2 millions d’habitations, Paris compte 1,35 million de logements, dont 195.000 sociaux.

Attirer les « zinzins »

Avec Benoist Apparu, NKM propose donc de dégager du terrain constructible en enterrant des entrepôts et les dépôts de bus, ou en construisant sur les voies SNCF près des gares. Pour cela, elle réclame à l’Etat un financement de 800 millions d’euros dans le cadre du plan d’investissement d’avenir lancé par le gouvernement. Un milliard supplémentaire viendrait financer la couverture du périphérique sur 50 ans, pour y élever là aussi de nouvelles constructions.

Nathalie Kosciusko-Morizet suggère aussi de relancer le PLI (prêt locatif intermédiaire) en abaissant le taux de TVA qui s’y applique de 20% à 5%, afin d’attirer les « zinzins » (investisseurs institutionnels) qui ont déserté le marché du logement à Paris pour préférer celui des bureaux, plus rentable. Elle propose aussi d’autoriser la surélévation d’immeubles pour financer une rénovation énergétique, la construction d’un ascenseur ou la transformation de bureaux en logements.

La candidate UMP veut par ailleurs imposer un taux maximal de 30% de logements sociaux par quartier et durcir les sanctions en cas de sous-location d’un logement social : l’amende passerait de 9.000 à 15.000 euros. Elle souhaite par ailleurs instaurer une priorité d’attribution de logements sociaux pour les personnes âgées.

« Mépris pour le logement social »

Dans un communiqué, l’ancienne ministre (PS) du Logement Marie-Noëlle Lienemann a renvoyé NKM au bilan de la droite après dix ans au pouvoir. Dérapage des prix, spéculation : « NKM ne saurait s’exonérer de ses responsabilités ». « Il est vrai qu’elle manifeste au moins une constance : son mépris pour le logement social », lâche-t-elle.

Mais la tactique est habile. A Paris, seuls 33% des habitants sont propriétaires, contre 58% dans le reste du pays. Le logement est devenu une des préoccupations majeures des Parisiens et pèse lourdement sur leur pouvoir d’achat. Au-delà de ces amendements aux texte sur le logement, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui ne dévoilera son projet pour les municipales qu’en octobre, le sait: si elle parvenait à séduire les classes moyennes sur ce terrain, elle pourrait marquer des points face à Anne Hidalgo.

Christine Ollivier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 10/09/2013 par dans NKM, UMP, et est taguée , , , , , , , , , , , , .

@coll7533 sur Twitter

https://www.twitter.com/coll7533

L’isoloir: la campagne des élections municipales 2014 à Paris

%d blogueurs aiment cette page :