L'isoloir

Municipales 2014: journal de campagne à Paris

Impôts : NKM et Hidalgo en pleine guerre des chiffres

tour_effeil_st2013« Les seuls qui bénéficient de chauffeurs attitrés, ce sont les maires d’arrondissement, et je n’ai pas vu les maires d’arrondissement de droite manifester contre ça ! ». Porte-parole de la campagne d’Anne Hidalgo, Bruno Julliard n’apprécie guère l’attaque en règle lancée par Nathalie Kosciusko-Morizet lundi matin contre le train de vie de la Ville de Paris.

Alors que le débat national tourne justement autour de la question des hausses d’impôts décidées par le gouvernement, la candidate UMP aux municipales de 2014 a choisi ce terrain pour sa première offensive de la rentrée contre sa rivale socialiste. Contrainte de la suivre sur ce terrain, Anne Hidalgo l’a promis lundi soir sur itélé: « Je n’augmenterai pas les impôts » pendant la mandature en cas de victoire.

Interrogée sur RTL, NKM a accusé la municipalité sortante d’avoir augmenté « de plus de 40% » les impôts locaux depuis 2001 et de vivre sur un grand pied avec 36 adjoints et « 75 chauffeurs, 68 voitures, rien que pour les élus et la direction ». Et 40%, « c’est une moyenne (…) La taxe au balayage pour certaines personnes a été multipliée par six », a-t-elle affirmé. Sur l’augmentation des impôts, « ses chiffres sont faux », réplique Bruno Julliard, interrogé par L’Isoloir.

Bernard Gaudillère, adjoint du maire de Paris Bertrand Delanoë en charge du budget, s’est d’ailleurs fendu d’un communiqué de mise au point : les taux de la taxe d’habitation et de la taxe foncière, inchangés de 2001 à 2008, ont effectivement été augmentés, mais de 9% en 2009 et de 8% en 2010, et n’ont pas été modifiés depuis. Une nouvelle taxe foncière départementale de 3% a par ailleurs été créée en 2009. Au final, « la taxe d’habitation et la taxe foncière sont deux fois moins élevées (à Paris) qu’ailleurs », souligne-t-il. « Paris est la ville de plus de 100.000 habitants pour laquelle les impôts sont les moins élevés en France », rappelle Bruno Julliard.

En revanche, quand NKM accuse la municipalité socialiste d’avoir « multiplié par quatre » la dette parisienne, elle a raison : le budget de la ville de Paris pour 2013, de plus de 8 milliards d’euros, tablait en effet sur une dette de 3,8 milliards d’euros en 2013, contre 1,39 milliard en 2001. « Et qu’est-ce qu’on en a fait ? 10.000 places de crèche nouvelles » ou « 70.000 nouveaux logements sociaux », a répliqué Anne Hidalgo. Pour autant, le taux d’endettement, de 41% fin 2012, est « deux fois moins » élevé « que les autres grandes villes », souligne M. Gaudillère.

36 adjoints et 75 chauffeurs

La candidate UMP, elle, reproche à la ville de Paris d’avoir utilisé cet argent pour financer une augmentation de « 25% » du nombre de fonctionnaires, avec « 10.000 embauches ». De fait, les effectifs de la municipalité ont fortement augmenté entre 2001 et 2008, avant d’être gelés. En 2012, près de 51.000 personnes travaillaient pour la Ville. Mais « je pense que Mme Kosciusko-Morizet n’imagine pas qu’on mette une crèche sans mettre le personnel qui va avec? », a ironisé Mme Hidalgo.

La candidate UMP pointe aussi une hausse de « 40% » des frais de fonctionnement… quitte à mélanger dépenses de communication et gestion d’équipements. Elle pointe aussi la présence de pas moins de « 36 adjoints », soit « autant que de ministres au gouvernement ». Or, « un cabinet d’adjoint coûte en moyenne 500.000 euros », a-t-elle affirmé. Mais « il y a un cabinet dont on ne connaît pas le prix, c’est celui de la première adjointe » Anne Hidalgo, a glissé au passage Nathalie Kosciusko-Morizet.

NKM, qui s’est « engagée » à ne pas augmenter les impôts si elle était élue à la mairie de Paris, « propose de faire pour la Ville de Paris ce que François Hollande et Jean-Marc Ayrault n’ont pas fait » au gouvernement : plafonner à 20 le nombre d’adjoints.

« Paris n’est pas du tout suradministrée »

« Il est quand même étonnant que Nathalie Kosciusko-Morizet s’en prenne au train de vie de la mairie de Paris depuis 2001 alors même que c’est sous la droite, sous les mandats de Chirac et Tibéri, que les pires dérives ont eu lieu », s’indigne Bruno Julliard. « Les dépenses de communication ont diminué de moitié depuis 2001, les dépenses événementielles (fêtes, réceptions, cérémonies, NDLR) ont été divisées par trois », détaille-t-il. Quant au nombre de chauffeurs et de voitures, il a été diminué de 30% avec la constitution de « pools » de chauffeurs pour les adjoints et les présidents de groupes, seuls les maires d’arrondissement -de droite comme de gauche- ayant leur chauffeur attitré.

Le nombre d’adjoints, lui, est resté stable par rapport aux précédentes municipalités de droite. « Cela peut paraître beaucoup, mais il faut bien se rendre compte que Paris est à la fois une mairie et un département, qu’il y a plus de 2 millions d ‘habitants. La ville de Paris n’est pas du tout suradministrée », assure Bruno Julliard.

Christine Ollivier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 26/08/2013 par dans Hidalgo, NKM, PS, UMP, et est taguée , , , , , , , , , , , , , .

@coll7533 sur Twitter

https://www.twitter.com/coll7533

L’isoloir: la campagne des élections municipales 2014 à Paris

%d blogueurs aiment cette page :