L'isoloir

Municipales 2014: journal de campagne à Paris

Primaire UMP: NKM écrase ses adversaires

nkm_scooter_web« Où est la voiture? Où est la voiture? » Le garde du corps, débordé par l’assaut des journalistes, zigzague au hasard dans la rue. Nathalie Kosciusko-Morizet vient officiellement de remporter la primaire UMP pour les municipales à Paris en 2014, avec 58,16% des voix. Les bras tendus devant elle, tout sourire mais un peu inquiète, elle recule devant le mur de caméras qui veut lui arracher une première réaction.

Mais l’héroïne du jour ne veut pas s’exprimer devant le Musée social, où viennent d’être proclamés les résultats. Elle préfère prendre la parole depuis son QG de campagne. Question de symbole. Finalement, son salut viendra d’un de ses proches,  Jérôme Peyrat, qui lui tend un casque par-dessus la mêlée. Elle s’échappe à l’arrière d’un scooter. La nouvelle candidate de l’UMP à la mairie de Paris s’en tire bien. A tous points de vue.

Une raclée électorale pour Bournazel

Pour l’ultra-favorite de la primaire, le scrutin menaçait en effet de tourner au piège. Soupçons de fraude, contestations de ses adversaires, attaques des anti-« mariage pour tous » et participation en berne (au total, seuls 23.314 Parisiens se sont inscrits pour ce vote électronique, et 20.074 ont voté): ce qui devait être une promenade de santé s’est transformé en chemin de croix.

Mais au final, NKM obtient la victoire qu’elle espérait. En écrasant ses adversaires avec 11.675 votes, soit 58,16% des voix, elle met fin au débat. Arrivé deuxième, le maire UMP du Ier arrondissement Jean-François Legaret n’atteint que 20,4% des voix, soit 4.095 votes. Pierre-Yves Bournazel, sans doute l’adversaire le plus virulent de NKM, écope d’une raclée électorale avec 10,75% des voix, à peine plus que le candidat du Parti chrétien démocrate Franck Margain.

NKM fait sa déclaration d’indépendance

Nul doute que l’ambiance a dû être lourde entre les candidats, enfermés dans une pièce interdite aux journalistes pour assister au dévoilement des résultats, peu après 19h. « Il n’y a pas eu d’applaudissements », note simplement Antoine Rufenacht, chargé de veiller au bon déroulement du scrutin. Pour autant, les adversaires de NKM ont décidé d’enterrer la hache de guerre. Après avoir bruyamment dénoncé les « failles » du système informatique et les possibilités de fraude, Pierre-Yves Bournazel ne déposera finalement pas de recours. « Nathalie Kosciusko-Morizet a gagné ce soir, et largement », a-t-il reconnu en quittant le Musée social. « L’important c’est les élections municipales. Maintenant, il faut se rassembler », souligne de son côté un Jean-François Legaret un peu crispé.

Visiblement, l’UMP parisienne a décidé lundi soir de cesser d’étaler ses divisions. Et NKM, elle, triomphe. Sa première déclaration de candidate a été une déclaration d’indépendance vis-à-vis de son parti. « Je n’ai de comptes à rendre qu’à vous », a-t-elle lancé aux Parisiens. « Cette primaire, mes chers amis, c’est la conquête de la liberté, de notre liberté. » De la sienne surtout.

Christine Ollivier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 03/06/2013 par dans NKM, UMP, et est taguée , , , , , , , , , .

@coll7533 sur Twitter

https://www.twitter.com/coll7533

L’isoloir: la campagne des élections municipales 2014 à Paris

%d blogueurs aiment cette page :